Classé dans : Théâtre de la Communauté | 0

Temple d’Aquarium

« Temple d’Aquarium » est un appel à vivre dans un monde sans frontières, sans discrimination. Il s’agit, au travers de ce spectacle, de démontrer que l’homme est un citoyen de ce monde, que les frontières ne sont qu’artificielles, conventionnelles. Que l’on a des familles qui sont à califourchon sur ces frontières. La RDC et ses voisins sont particulièrement concernés par cette réalité.
« Temple d’Aquarium » est un spectacle sur la problématique de la frontière « artificielle » imposée entre la RDC et l’Angola et coupant un peuple en deux, avec des conséquences de séparations de familles, de groupes et de cultures.
Au départ de ce sujet, le spectacle interroge plus globalement les mouvements migratoires occasionnés par la misère ou les guerres à travers le monde. C’est une réponse à la grande question des origines : Homme, n’es-tu pas citoyen du monde ? Faut-il souhaiter la porosité ou la rigidité des frontières ?

La trame du spectacle est rythmée par l’intervention de personnages puisés du monde de la réalité familiale et d’autres qui font partie d’un monde allégorique. Cette interaction entre allégorie et réalité est une écriture singulièrement liée à la culture congolaise et sa force de poétisation. La mise en scène et la scénographie font apparaître les synergies entre ces deux mondes et leur donnent un sens commun, ils se révèlent l’un l’autre et donnent à chaque spectateur la possibilité de construire son propre raisonnement.
Le spectacle est très visuel et musical. Il s’agit d’une « tragicomédie musicale » qui touche le peuple congolais par son contenu et par sa vitalité visuelle et auditive. Sa musique est composée par Fami Tankinga Pedro (Angola).

« Temple d’Aquarium » est écrit en 3 langues : le portugais (Angola) le français (RDC) et le Kikongo qui est parlé dans les villages de l’Angola et ceux du Sud-Ouest de la RDC. L’usage des 3 langues est stratégique. Il ne provoque pas de lourdeurs mais, au contraire, crée une certaine musicalité. Tout spectateur qui connaît une des langues comprend aisément le spectacle. Cette option dramaturgique est un des meilleurs symptômes de la présence, en RDC, de la diversité culturelle et linguistique.

Mise en scène et écriture dramaturgique : NZEY Van Musala
Jeu : NZEY Van Musala, SONGWA Jovitha Jovitha, BAMPENGESHA Milambo Maraviya, NZEY Ngiaba Lionnel, BANZA Nzuzi Noelive, NGANDU Kabanga Christophe 
Scénographe : Daniel LESAGE  
Assistante à la scénographie et costumière : Lucie VIMINDE  
Régisseuse Cie Marabout : AMENEYENI Konga Joëlle
Régisseur TC: Lancelot DUCHÉ  
Soutien à la dramaturgie : Claire VIENNE 
Production : Roxane STUBBE